Mon chemin d'intégration passe par l'entreprise

Image: 
Jackie TROY née YAN XiaoHua

Jackie TROY née YAN XiaoHua, Vice-Présidente du CRAAF, est candidate pour l'élection CCI de Paris et de la région Paris Île-de-France sur la liste UNIPEC (Union CGPME-MEDEF-FEDERATIONS PROFESSIONNELLES ).
Ancienne Universitaire de Shanghai, elle est arrivée en France en 1988 à l'âge de 24 ans, sans parler un mot de français. Elle résume son parcours "Mon chemin d'intégration passe par l'entreprise". Ci-dessous extrait d'un entretien:
Cela est loin des élections aux CCI ?      En 1991, j'ai repris une minuscule affaire de papeterie et fournitures de bureau, ne sachant rien des difficultés dans lesquelles je m'engageais. C'est l'unique salariée, une ancienne commerçante qui m'a appris le métier et c'est mon époux qui m'a aidé à comprendre le maquis administratif dans lequel je venais de pénétrer.
Quel a été votre parcours?      J'ai développé mon affaire jusqu'à atteindre 3 points de vente à Paris et j'ai créé une activité B to B en fournitures de bureau avec près de vingt salariés. Je me suis diversifiée en achetant les murs de mes commerces quand cela a été possible. Ensuite je me suis rapidement intéressée aux problèmes de nos professions d'abord auprès de notre syndicat professionnel (FEB devenue ensuite EBEN) ensuite auprès de la CGPME Paris.  J'ai participé aux négociations paritaires (convention collective et salaires), j'ai animé une réflexion sur la problématique des marchés publics et la confrontation avec les pouvoirs publics qui selon moi excluaient les PME de l'accès à ces marchés. Enfin j'ai assuré certains mandats patronaux. J'espère être élue à la CCIP, et honorée du choix de la CGPME, être digne de la confiance qui me sera accordée. 
Quel enseignements en retenez vous?      Le métier de chef d'entreprise est passionnant et exigeant mais il est aussi ingrat et exigeant car l'échec n'y est pas permis et la réussite jalousée ou contestée. En plus il devient difficile et parfois incompréhensible de comprendre les réglementations nouvelles ou complémentaires alors que nos métiers exigent des adaptations quasi quotidiennes à de nouvelles techniques de gestion ou de vente dues aux évolutions rapides de l'informatique, de l'internet, etc..C'est aussi un métier où on se sent trop souvent seule et nos organisations patronales nous aident et nous confortent pour en sortir. C'est pour ces raisons que mon parcours d'intégration dans la société française est passé et continue à travers l'entrepreunariat et la vie en entreprise.
Avez vous été tentée par la politique?      Oui bien sur,  puisque ma deuxième formation y préparait. Oui puisque devenue française en 1994 j'ai été intéressée par le débat public et que je me suis engagée auprès d'un mouvement qui était animé par Alain Madelin, qui à l'époque était le seul à parler d'économie et d'entreprise . Ensuite j'ai continué à être présente mais je me suis heurtée à un monde fermé, machiste et clanique. Maintenant, j'ai des convictions, mais je n'adhère à aucun parti politique. C'est pour cette raison que j'ai créé avec d'autres le CRAAF pour aider à la promotion politique et sociale des asiatiques et cela quelle que soit leur option politique.